Pirate Party of Canada Evidence Based Policy Making

Policies for Combating Commercial Piracy / Politiques de lutte contre la piraterie commerciale

La version française suit l’anglais


Winnipeg, Manitoba – September 10, 2015

Policies for Combating Commercial Piracy

Non-Commercial File Sharing vs Commercial Piracy

Non-commercial sharing often leads to recognition and propagation of creators works similar to how sharing of cassette tapes and vinyl records led to increased sales in the 1970s and 80s. Commercial piracy, on the other hand, leads to the original creator of the work losing out financially when their creation is misrepresented. Commercial pirates deny creators a payment or fair share of the profit from purchases of a reproduced work.

Originally, criminal commercial piracy were acts of copyright infringement committed with the intent of profiting from a creator’s work and denying them the profit that should have been rightfully theirs. Over time, copyright monopolist redefined and lobbied for laws to treat non-commercial filesharing as a criminal offense. This is the equivalent of prosecuting someone as a criminal for sharing a cassette tape that they have owned and loved.

Unauthorized commercial reproduction occurs when there is an intent to profit directly from a creator’s work without their knowledge or consent. Existing criminal laws should apply against this type of commercial piracy.

Protecting Original Creators

Copyright monopolist and collection agencies commit acts of commercial piracy by misleading the original creator on the real costs of production and distribution, charging unreasonable fees, and/or forcing the creator to surrender their copyright. While publication houses used to have high production, distribution and advertisement costs, allowing them to justify asking the culture creator to surrender their copyright monopoly in exchange for small share of the profit, that justification is no longer valid. Distribution and production costs have come down significantly. There is no reason for a big publisher or collection agency to retain most of the profit. Culture creators deserve their fair share.

The abusive practices of copyright monopolists can be prevented by imposing a ban on the monopolist’s ability to ask the original creator to surrender their copyright monopoly for life. We will also require a plain language outline for a contract expressing the contract’s intent and the main points that a creator ought to know with respect to possible lost of profit, privileges, opportunities and rights. This will help mitigate atrocious contracts that some publishing houses or copyright cartels impose on culture creators.

Stolen Works

Piracy through plagiarism occurs when the work a creator shared freely online is obtained and reused without authorization and attribution to the original culture creator. Many types of creative work fall victim to this in today’s connected world including music, videos, blogs, and almost every other creative work. The plagiarist should be prosecuted according to the degree and significance of their actions. Considerations would include the moral rights and harm to reputation of the original creator.

Cost Free Alternative to Copyright Registration through a Modernized Public Broadcaster

Part of combating commercial piracy, including plagiarism and ownership disputes, is to allow an easy means for creators to register their work. Currently to register a work’s copyright, a culture creator must apply and pay fees ranging from $50 to $65 per work. A busy artist who creates multiple pieces of artwork regularly would end up paying a substantial amount to register their copyright on each work.

To do away with that lengthy and cost-prohibitive method, we can modernize our public broadcaster and turn it into a national online archives of creative works. The site would allow culture creators to register their work through a method that is as simple as it is to upload videos to popular social media sites. The creator and owner of the work can set the access level to a level that they are comfortable with. i.e. Widely accessible reaching wider audiences, or high level of restrictions and exclusitivity when control is more important than reaching a large audience. Works that are archived are in effect registered and could be referenced in court cases for any dispute on ownership and claims of precedent.

The Value of a Modernized Public Broadcaster

The new public broadcaster would now become the Canadian online curator of creative work.Their mandate would include promoting Canadian cultural works nationally and across the world. The latter can easily be achieved through online services and, if viable, simulcast over various mediums such as free-to-air satellite similar to the method utilized by the USA’s public broadcaster (PBS). Aside from promoting culture, the public broadcaster’s mandate would include an enhanced investigative journalism capability. Investigative journalism is vital to democracy, as the recent discovery of mass corruption in Quebec by Radio Canada’s Enquete has demonstrated.

To provide culture creators a direct means of earning revenues, the public broadcaster will provide a direct-to-creator monetization system where anyone in Canada or the world can contribute to the creator. The service for a direct-to-creator monetization system will be offered at no cost to culture creators.

The modernized broadcaster shall be non-profit, ensuring that it has minimal conflicts of interest and that it is not answerable to a for-profit multiservice and multiproduct corporation. The executives shall consist of non-partisan, seasoned veterans who do not control the news or its contents but simply operate as advisors for managing the network. Conflict of interest restrictions and high journalistic standards must be applied, including programming impartiality and journalistic features.

Service Providers Non-Liability

There is a common trend in several countries, with laws influenced by the copyright monopoly lobbyists, to make service providers and online aggregators liable for actions of their users. Aggregators, such as Google and internet service providers, should not be harassed into becoming a police force for the copyright monopoly cartel. A proper due process through the judicial system should be upheld.

Public’s Interest

Recently, an extension of copyright monopoly was passed based solely on a letter from Canada’s RIAA[1]. The monopoly’s extension means the public will be denied access to cultural work for a longer period, allowing more of our culture to be lost and forgotten. It also costs Canadians more to access their culture, as they have to pay more to the copyright cartel. Experts who follows copyright monopoly laws closely explained how this extension violates anti-competition law [2].

Furthermore, the levy on recording media not only hurts the consumer but also makes it more expensive for low budget independent artists and culture creators to produce their work. The Pirate Party of Canada has always held that this levy needs to be eliminated, and we must repeal extensions on copyright monopolies.

Press contact: pr@pirateparty.ca

[1] https://boingboing.net/2015/05/15/stephen-harper-extended-music.html

[2] http://www.michaelgeist.ca/2015/09/canadian-music-industry-hit-with-competition-complaint-over-public-domain-recordings/


À livrer maintenant

Winnipeg, Manitoba – 10 septembre 2015

Politiques de lutte contre la piraterie commerciale

Partage de fichiers non commerciaux vs Piratage commercial

Le partage non commercial aboutit souvent à une reconnaissance et à la propagation du travail des créateurs, de la même façon que le partage des cassettes et des disques vinyles a conduit à une augmentation des ventes dans les années 1970 et 80. Le piratage commercial, en revanche, occasionne directement des pertes financières au créateur original d’une œuvre quand sa création est dénaturée. Les pirates commerciaux empêchent ces créateurs de recevoir un paiement ou une partie équitable du profit de l’acquisition d’une œuvre reproduite.

À l’origine, le piratage commercial criminel était un acte de contrefaçon commis avec l’intention de tirer profit du travail d’un créateur et en lui refusant le bénéfice qui aurait dû légitimement lui revenir. Au fil du temps, le monopole du droit d’auteur a été redéfini et des pressions ont été et sont exercées pour que les lois puissent traiter le partage non commercial de fichiers comme une offense criminelle. C’est l’équivalent de poursuivre quelqu’un comme s’il était un criminel pour avoir partagé une cassette qui lui appartenait et qu’il a aimé.

La reproduction commerciale non autorisée se produit lorsqu’il y a une intention de tirer directement profit du travail d’un créateur sans qu’il en soit conscient ou sans son consentement. Les lois pénales existantes devraient s’appliquer contre ce type de piratage commercial.

Protéger les créateurs originaux

Le monopole des droits d’auteur et les agences de collecte commettent des actes de piratage commercial en induisant en erreur le créateur original sur les coûts réels de production et de distribution, en facturant des frais déraisonnables ou en forçant le créateur à abandonner ses droits d’auteur. Alors que les maisons d’édition avaient auparavant des frais de production, de distribution et de publicité élevés, ce qui leur permettait de justifier le fait de demander au créateur de leur remettre son monopole sur les droits d’auteur en échange d’un petit partage des profits, cette justification n’est plus valide aujourd’hui. Les coûts de production et de distribution ont significativement réduit. Il n’y a plus aucune raison pour qu’un grand éditeur ou une agence de collection ne conserve la plus grande partie du profit. Les créateurs de culture méritent leur juste part.

Les pratiques abusives des monopoles de droit d’auteur peuvent être évitées en imposant une interdiction sur leur capacité à demander au créateur original d’abandonner à vie son monopole du droit d’auteur. Nous exigerons également l’utilisation d’un langage simple dans un contrat, qui exprimera l’intention du contrat et les points principaux qu’un créateur devrait connaître au sujet de la possible perte de ses bénéfices, privilèges, droits et possibilités. Cela aidera à diminuer les atrocités que certaines maisons d’édition ou cartels de copyright imposent aux créateurs de culture.

Œuvres volées

Le piratage par le biais du plagiat se produit lorsque le travail que le créateur partage librement en ligne est obtenu et réutilisé sans l’autorisation et l’attribution du créateur original de l’oeuvre. De nombreux types de travaux créatifs en sont victimes dans le monde connecté d’aujourd’hui, y compris de la musique, des vidéos, des articles et presque tous les autres types de travaux créatifs. Le plagiaire doit être poursuivi selon le degré et l’importance de ses actes. Des considérations incluraient des droits moraux et le préjudice à la réputation du créateur original.

Alternative sans frais à l’enregistrement du droit d’auteur à travers un radiodiffuseur public modernisé

Une partie de la lutte contre la piraterie commerciale, y compris le plagiat et les litiges de propriété, consiste à offrir un outil facilitant l’enregistrement de leur travail pour les créateurs. Actuellement, pour enregistrer le droit d’auteur d’une œuvre, un créateur de culture doit s’inscrire et payer des frais variant de 50 $ à 65 $ par œuvre. Un artiste occupé qui crée régulièrement de nombreuses œuvres d’art finirait par payer une somme importante pour enregistrer son monopole du droit d’auteur sur chacune de ses œuvres.

Pour en finir avec cette méthode longue et coûteuse, nous pouvons moderniser notre radiodiffuseur public et le transformer en archives nationales des œuvres de création en ligne. Ce site permettrait aux créateurs de culture d’enregistrer leur travail grâce à une méthode qui est aussi simple que le téléversement de vidéo sur un site de média social populaire. Le créateur et propriétaire de l’oeuvre pourrait définir un niveau d’accès d’un degré avec lequel il serait confortable, soit très accessible pour atteindre un public plus large, ou comportant des restrictions et une exclusivité lorsqu’il est plus important de contrôler que d’atteindre un large public. Les œuvres archivées seraient en fait enregistrées et pourraient être référencées devant les tribunaux en cas de litige et de revendication sur la propriété.

La valeur d’un radiodiffuseur public modernisé

Le nouveau radiodiffuseur public deviendrait désormais le conservateur canadien en ligne des œuvres créatrices. Son mandat comprendrait la promotion des œuvres culturelles canadiennes à l’échelle nationale et dans le monde entier. Ce dernier pourrait facilement se faire par l’intermédiaire de services en ligne et, s’il est viable, en simultané sur différents médiums tels que par une télévision libre d’accès par satellite, un peu comme la méthode utilisée par le radiodiffuseur public des États-Unis (PBS). En plus de promouvoir la culture, le mandat du radiodiffuseur public comprendrait une capacité améliorée de journalisme d’investigation. Le journalisme d’investigation est essentiel à la démocratie, comme l’a démontré la découverte récente d’une corruption massive au Québec par Enquête à Radio-Canada.

Pour assurer aux créateurs de culture un moyen direct de gagner des revenus, le radiodiffuseur public devra fournir un système de monétisation directe pour le créateur, où n’importe qui au Canada et dans le monde sera à même de contribuer au créateur. Le service d’un système de monétisation directe pour le créateur serait offert sans frais aux créateurs de culture.

Le radiodiffuseur modernisé devra être à but non lucratif, s’assurant un minimum de conflit d’intérêts, et il ne devra pas répondre d’une société de multiservice et de multiproduits à but lucratif. Ses cadres devront être composés de vétérans chevronnés et non partisans qui ne contrôlent pas les actualités ni son contenu, mais qui servent simplement de conseillers pour la gestion du réseau. Des restrictions de conflits d’intérêts et des normes journalistiques élevées devront être appliquées, en incluant l’impartialité de la programmation et des fonctions journalistiques.

Non-responsabilité des fournisseurs de service

Il existe une tendance commune dans plusieurs pays, dont les lois sont influencées par les lobbyistes du monopole du droit d’auteur, pour rendre les fournisseurs de services et les agrégateurs en ligne responsables des actions de leurs utilisateurs. Les agrégateurs, comme Google et les fournisseurs de services internet, ne devraient pas être harcelés pour devenir une force de police servant le cartel du monopole du droit d’auteur. L’application régulière de la loi à travers le système judiciaire devra être respectée.

Intérêt général

Récemment, une extension du monopole du droit d’auteur a été adoptée uniquement sur la base d’une lettre de la LRAI du Canada [1]. Cette extension du monopole signifie que le public se verra refuser l’accès à des activités culturelles pour une période plus longue, permettant une plus grande perte et l’oubli de notre culture. Il en coûte aussi plus aux Canadiens pour accéder à leur culture, car ils doivent payer plus cher au cartel du droit d’auteur. Les experts qui suivent de près les lois sur le monopole du droit d’auteur ont expliqué de quelle façon cette extension viole le droit à la concurrence [2].

Par ailleurs, la redevance sur les supports d’enregistrement fait non seulement mal au consommateur, mais augmente également les frais encourus par les artistes indépendants à petit budget et les créateurs de culture pour produire leur travail. Le Parti Pirate du Canada a toujours soutenu que cette redevance devrait être éliminée, et nous devons abroger les extensions sur les monopoles du droit d’auteur.

Contacte Média: pr@pirateparty.ca

[1] https://goo.gl/xcn7wn

[2] https://goo.gl/q3CmM6

Join Our Party (It's Free!)